Contenu

Appel à communication

publié le 15 mai 2018

COLLOQUE SHESL-HTL 2019


La linguistique et ses formes historiques d’organisation et de production


(Paris, 24-26 janvier 2019)

Ce colloque est l’occasion de célébrer le 40e anniversaire de la SHESL (Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage) de la revue HEL (Histoire Epistémologie Langage) qui lui est associée, ainsi que les 35 ans d’existence du laboratoire HTL (Histoire des théories linguistiques). Il est ouvert à tous les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire, à la sociologie ou à la philosophie des sciences du langage.


Thématique :


On peut à juste titre considérer l’investigation scientifique comme une pratique gouvernée par des critères épistémiques spécifiques (formulation d’hypothèses et validation empirique). On peut aussi la concevoir comme impliquant des formes d’organisation qui reflètent des traditions institutionnelles ou didactiques, des affinités théoriques, des voies de transmission, ou encore diverses préoccupations sociales, politiques, ou même religieuses. Sous ce regard la linguistique témoigne d’une multiplicité de formes d’organisation de la recherche et d’une grande diversité des productions scientifiques qui s’ensuivent.

Les formes d’organisation et de production peuvent plus ou moins s’écarter des sentiers battus de ce que la recherche académique d’aujourd’hui considère comme des formes d’organisation et de production scientifiques typiques ou dans la norme universitaire. En dehors des structures universitaires, on peut par exemple penser aux sociétés savantes (internationales, nationales ou plus locales), aux confréries religieuses, aux cercles et aux réseaux intellectuels plus ou moins durables et organisés, aux écoles de tous types, aux instituts de linguistique, etc. On peut penser aussi aux productions de toutes ces instances, tels les manifestes, les instructionset à leur production, tels les manifestes, les instructions (de collecte de données, ou fixant le cadre descriptif), les mémoires, les revues, les grammaires missionnaires, les prescriptions terminologiques, les manuels et les dictionnaires à visée pédagogique. Au-delà des structures mises en place par les institutions académiques, des formes d’organisation peuvent impliquer des groupes théoriques et des réseaux plus ou moins stabilisés, et des écoles de diverses formes ; ce qui est en jeu ici c’est la description de ces « collèges invisibles », de leurs motivations historiques et de leurs objectifs, des facteurs qui induisent chez les acteurs un sentiment d’appartenance et des stratégies employées pour s’assurer une place dans le monde universitaire. L’interprétation très large des « formes d’organisation » proposée dans cet appel laisse très ouverte la manière de considérer formes d’organisation et formes de production ; il ne s’agit pas, en particulier, de se restreindre aux approches sociologiques, bien que les propositions qui explorent le problème dans cette direction soient évidemment les bienvenues.

Le comité considérera avec attention toute proposition qui porte sur les manières dont l’investigation linguistique s’est organisée, ou, en d’autres mots, les modes divers selon lesquels les individus ont pris part à la recherche en linguistique, se sont réunis en groupes, écoles, « paradigmes » (que cette notion kuhnienne soit applicable ou non à la linguistique), et institutions de toutes sortes.

Les thèmes particuliers qui suivent pourront être abordés (cette liste est donnée à titre de simple suggestion et ne se veut pas exhaustive) :

- La constitution de groupes ou de réseaux théoriques (y compris d’un point de vue sociologique).

- Le rôle des congrégations religieuses et leur histoire.

- La constitution du monde académique moderne (par exemple l’institutionnalisation de la recherche en linguistique au 19e siècle en Allemagne).

- Le rôle des sociétés savantes et leur histoire.

- La notion d’ « école » (par exemple l’« école de Genève », ou l’ « école de Prague »).

- La constitution de la linguistique comme discipline autonome dans le monde académique.

- Les notions de paradigme, ou de programme de recherche en linguistique.

- La description des productions liées à l’activité linguistique (par exemple, les grammaires), pour autant qu’elles soient représentatives d’une école, d’une institution, etc.


Date et lieu du collloque :

24-26 janvier 2019, Paris.

Contact : shesl-htl2019@sciencesconf.org

Site du colloque : https://shesl-htl2019.sciencesconf.org

Soumission :

Les propositions de communication (environ 500 mots, plus bibliographie et mots-clés) sont à envoyer à shesl-htl2019@sciencesconf.org

Date limite de soumission : 30 juin 2018

Notification d’acceptation : début septembre 2018

Frais d’inscription : 50 € (35 € pour les étudiants et précaires)

Gratuit pour les membres de la SHESL




SHESL-HTL CONFERENCE 2019


Linguistics and its historical forms of organization and production


(Paris, 24-26 January 2019)

This conference is an occasion for celebrating the 40th anniversary of the SHESL (Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage) and the associated journal HEL (Histoire Epistémologie Langage), as well as the 35 years of existence of the HTL research group (Histoire des théories linguistiques). It is open to all scholars who have an interest in the history, sociology and philosophy of the language sciences.


Theme :


Scientific inquiry may justifiably be seen as a practice ruled by specific epistemic criteria (hypothesis-testing and empirical adequacy). It may also be viewed as involving forms of organization which reflect institutional and didactic traditions, theoretical affinities, paths of transmission, and various social, political or even religious concerns. From this point of view, we are confronted with the multifarious forms of organization of linguistic research, description and prescription, and with the attendant diversity in scientific production.

Forms of organization and forms of production may deviate more or less from the beaten tracks of what academic research today regards as bona fide structures and theoretical work. Apart from the universities, one may think for instance of learned societies (international, national or more local), religious congregations, more or less enduring and organized intellectual circles, networks, schools of various guises, linguistic institutes, academies, etc. ; and of their productions, in the form of descriptive and more or less theoretical studies, translations and glosses, manifestos, instructions (for collecting “data” or for the purpose of setting a descriptive framework), memoirs, bulletins, missionary grammars, terminological prescriptions, pedagogical textbooks and dictionaries. Beyond structures laid out by academic institutions, forms of organization may involve more or less stabilized theory groups and networks, and schools of various guises ; at stake here is the description of these “invisible colleges”, of their historical motivations and goals, of factors inducing in actors a sense of belonging and of the strategies employed in securing a place in academia. The very broad understanding of “forms of organization” proposed in this call leaves considerable latitude in the ways forms of linguistic organization and production can be considered ; in particular, it does not restrict the purview to sociological approaches, although proposals in this direction are of course welcome.

In brief, the conference committee invites proposals which will bear on the ways in which linguistic inquiry has organized itself, or, in other words, the various modes in which individuals involved in linguistic research, description and prescription have coalesced into groups, schools, “paradigms” (if this Kuhnian notion is applicable in linguistics or not), research programs, and institutions of various sorts.

The following more specific topics may be broached (the list is not intended to be exhaustive) :

- The constitution of intellectual circles and networks (including from a sociological standpoint)

- The role of religious congregations and their history

- The constitution of modern university disciplines (e.g. the institutionalization of linguistic research in 19th century Germany)

- The role of learned societies and their history

- The notion of “school” (e.g. the Geneva or Prague school of structuralism)

- The constitution of linguistics as a self-standing discipline in the academic world

- The notions of paradigm and research program in linguistics

- The characterization of products related to linguistic activity (e.g. grammars), insofar as they are representative of a school, institution, etc.


Place and date :

Paris, 24-26 January 2019.

Contact : shesl-htl2019@sciencesconf.org

Website : https://shesl-htl2019.sciencesconf.org

Submission :

Please send your abstracts (around 500 words, + bibliography and keywords) to shesl-htl2019@sciencesconf.org

Deadline for submission : 30 June 2018

Notification of acceptance : beginning of September 2018

Registration fees : 50 € (35 € for the students, and )

Free for the members of the SHESL